Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Euro Dollar (EUR/USD)

EURUSD - FX0000EURUSD
1.0931 +0.65 % Dernière cotation : 21h56

EUR/USD : Les yeux rivés sur les marchés obligataires de part et d'autre de l'Atlantique

mardi 10 mars 2020 à 12h12

(BFM Bourse) - Alors que les marchés d'actions sur les principales places financières de la planète rebondissent après le krach subi hier, la paire de devises Euro / Dollar commence le tracé d'une consolidation après la vive avancée des deux dernières semaines. En somme, une réaction cohérente avec l'absence de corrélation entre l'Euro d'une part et les autres classes d'actifs à risque: actions et pétrole. Le krach de ce dernier a entraîné les Bourses mondiales dans un mouvement de panique, hier.

La vive avancée de l'Euro ces deux dernières semaines est à mettre en relation avec les anticipations ultra majoritaires d'une poursuite du processus de baisse des taux fédéraux face à l'épidémie (désormais pandémie selon l'OMS) de coronavirus. Dans une précipitation très perturbante, la Fed avait déjà baissé de 50 points de base il y a une semaine après une réunion du G7 Finance. Et elle pourrait remettre le couvert avec une baisse de 75 pdb à l'issue du prochain Comité de politique monétaire (FOMC) dans huit jours. Certains observateurs anticipent une baisse du loyer du Dollar encore plus ample.

Pour rappel, la réunion extraordinaire de "l'Opep+" (soit l'Opep et ses principaux alliés) de jeudi et vendredi dernier n'a pas abouti à un accord pour réduire la production, du fait de l'opposition inattendue de la Russie. Au grand mécontentement du plus gros exportateur mondial, l'Arabie Saoudite, qui a donc décidé de sanctionner tout le monde en inondant le marché de pétrole à prix bradé. Le résultat ne s'est pas fait attendre, provoquant une chute des cours inédite depuis la première guerre du Golfe en 1991. Le baril de WTI (brut léger américain) passait hier sous les 30$ ! Il se reprend très légèrement aux alentours des 33$.

Un baril qui était déjà sous pression avec les craintes d'un ralentissement marqué, encore difficilement chiffrable, de l'activité économique mondiale, en raison de l'épidémie de coronavirus.

Le bilan du coronavirus Covid19 est désormais, à l'échelle mondiale, de plus de 114 000 cas confirmés, et de plus de 4 000 morts, selon les données compilées par l'Université Johns Hopkins. Si le nombre de nouveaux cas quotidiens en Chine tend à se stabiliser (formation d'un palier), et que le taux d'utilisation des capacités de production reprend le chemin de la hausse, la propagation incontrôlable du virus à l'échelle de la planète rend encore indéchiffrable les conséquences sur l'activité économique. En Zone Euro, sa troisième puissance économique, l'Italie, est quasiment paralysée.

Dans ces conditions, les cambistes délaissent complètement les publications macroéconomiques de part et d'autre de l'Atlantique, surtout lorsqu'elle concerne les données sur le mois de janvier, et non de février, et se focalisent sur les messages envoyés par les marchés obligataires.

Côté Fed, "les probabilités d'une baisse de taux de la Fed sont maintenant de 97% pour 75 points de base, alors qu'hier les probabilités étaient plutôt pour une baisse de 100 pdb pour la réunion du mois de mars." relève Vincent Boy, analyste marché chez IG France. Donald Trump, qui craint une contraction de la consommation, principale moteur de la croissance outre Atlantique, ne manquera pas de mettre une pression accrue sur Mr Powell.

Côté BCE, qui dispose d'une marge de manoeuvre bien plus mince, "plusieurs annonces sont possibles", selon Franck Dixmier, Directeur des gestions obligataires (AllianzGI).

"- une baisse de taux de 10pb, avec des mesures d'accompagnement pour renforcer le tiering, ce système différencié avec des paliers pour la taxation des réserves excédentaires des banques ;

- un assouplissement des paramètres des injections de liquidités à long terme (TLTRO3, targeted longer-term refinancing operations) lancées en septembre dernier ;

- une augmentation des achats de titres (QE), centrés sur les obligations d'entreprises."

La BCE réunit son Conseil des Gouverneurs jeudi.

C'est cette anticipation d'un rétrécissement très net du différentiel de rémunération entre les deux monnaies du spot qui a pénalisé le Dollar sur les deux dernières semaines. L'Euro s'engage désormais dans une consolidation de cette avancée.

A la mi-journée sur le marché des changes, l'Euro se traitait contre 1,1340$ environ.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Entre les points bas de vendredi 21 février et les points hauts touchés hier, on compte plus de 700 pips. Les moyennes mobiles courtes et longues ont été successivement balayées sans aucune forme d'hésitation. Une telle avancée devrait légitimement être suivie d'une phase de consolidation, dont la forme graphique n'est pas encore esquissée. Avis neutre dans l'immédiat.

PREVISION MOYEN TERME

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnés, notre opinion est neutre à moyen terme sur la parité Euro Dollar (EURUSD).

Nous conserverons cette opinion neutre tant que les cours de la parité Euro Dollar (EURUSD) seront positionnés entre le support à 1.1250 USD et la résistance à 1.1440 USD.

Le conseilLogo TradingSat

EUR/USD
Neutre
Objectif :
- (-)
Stop :
- (-)
Résistance(s) :
1.1440 / 1.1570
Support(s) :
1.1250 / 1.1103

GRAPHIQUE EN DONNEES QUOTIDIENNES

EUR/USD : Les yeux rivés sur les marchés obligataires de part et d'autre de l'Atlantique (©ProRealTime.com)
©2020 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+310.60 % vs -9.34 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...