Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Euro Dollar (EUR/USD)

EURUSD - FX0000EURUSD
1.0477 +0.30 % Dernière cotation : 21h48

EUR/USD : Le Dollar-refuge fait recette, sur fond d'angoisse des opérateurs de marché

mardi 14 juin 2022 à 15h19

(BFM Bourse) - Le vif rebond de la seconde moitié du mois de mai sur le spot EURUSD est désormais quasi intégralement retracé, dans un marché angoissé par la fin pourtant clairement annoncée de l'ère de l'argent gratuit. La relative sévérité du ton de la BCE à l'issue du dernier Conseil des Gouverneurs, l'inflation chronique de grande fermeté de part et d'autre de l'Atlantique, laissent entrevoir un virage monétaire probablement plus serré qu'anticipée.

Pour rappel jeudi, la Banque Centrale Européenne achevait une réunion clef de son Conseil des Gouverneurs. Si la puissante Institution monétaire de Francfort n'a pour l'heure pas touché au loyer de l'argent proprement dit, elle a entériné la fin de son programme de rachat d'actifs sur les marchés. La présidente de l'institution a explicitement annoncé une augmentation de 25 points de base (0,25 point de pourcentage) de ses taux d'intérêt en juillet, ce qui marquera le premier relèvement de taux depuis mai 2011, mais également signalé qu'elle pourrait donner en septembre un nouveau tour de vis et s'il le faut encore plus fortement, a priori de 0,5 point (50 pdb).

Au-delà de la négociation de ce revirement monétaire périlleux pour la croissance, la BCE doit composer avec des écarts de rendements obligataires importants (les fameux spreads), entre Allemagne et Italie. "Si la BCE suit logiquement le mouvement initié par les autres banques centrales pour lutter contre l'inflation, elle se trouve en revanche démunie contre le risque de fragmentation (i.e. un écart de taux trop important entre les pays) de la zone euro" avertit Thomas Giudici, co-responsable de la gestion obligataire chez AURIS Gestion. "Si Christine Lagarde en a fait une priorité, bien peu d'éléments ont été apportés sur ce point pour rassurer les marchés."

Vendredi, c'était au tour de l'inflation américaine de concentrer l'attention des opérateurs, en tant que base de travail essentielle pour la Fed dans la construction et la gestion de sa trajectoire monétaire. Sur l'assiette de produits la plus large (alimentation et énergie inclus), les prix ont augmenté en rythme mensuel d'1%, contre 0,7% attendu, et 0,3% en avril... De quoi conforter davantage l'idée d'un resserrement monétaire très ferme, pesant sur les actifs à risque. A fin mai, l'inflation en rythme annualisé (alimentation et énergie inclus) atteint 8.6%. En excluant ces éléments volatils de l'assiette, la hausse des prix atteint 6%. Décidément, le scénario "d'un-pic-d'inflation-déjà-derrière-nous" perd en crédibilité... Et la hantise de la Fed - et des investisseurs - à savoir l'entrée dans une spirale prix - salaires n'est pas une option définitivement écartée.

Verdict demain à 20h00 (Heure de Paris) pour le verdict de politique monétaire proprement dit et à 20h30 pour une conférence de presse à très fort enjeu. "Le marché anticipe désormais une hausse des taux directeurs de 75 pdb en septembre contre 25 pdb il y a une semaine ! Attention néanmoins car, entre la correction sur les marchés financiers et le resserrement des conditions de financement, la possibilité que la Fed mette un peu d'eau dans son vin pour éviter un atterrissage trop brutal existe toujours", selon M Giudici. Les banques Goldman Sachs et JP Morgan entrevoient désormais également une hausse de 75 pdb du loyer de l'argent.

Au chapitre statistique ce mardi, le score plus faible encore que prévu de l'indice ZEW de confiance dans l'économie allemande pèse. L'indice éponyme est ressorti à -28,0 ce mois-ci. "L'économie reste exposée à de nombreux risques, tels que les effets des sanctions contre la Russie, la situation pandémique peu claire en Chine et le changement de cap progressif de la politique monétaire. Ainsi, bien que les attentes se soient améliorées, elles sont toujours en territoire négatif", a commenté le président du ZEW, le professeur Achim Wambach.

A la mi-journée sur le marché des changes, l'Euro se traitait contre 1,0460$ environ.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

L'échec au contact de la moyenne mobile à 50 jours (en orange) est désormais acté, et les cibles baissières en direction des 1,0350$ et 1,0250$ sont verrouillées. Une clôture sur les points bas hebdomadaires a renforcé le message baissier.

PREVISION MOYEN TERME

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnés, notre avis est négatif à moyen terme sur la parité Euro Dollar (EURUSD).

Notre point d'entrée est à 1.0457 USD. L'objectif de cours de notre scénario baissier se situe à 1.0201 USD. Pour préserver le capital engagé, nous vous conseillons de positionner un stop de protection à 1.0521 USD.

L'espérance de rentabilité de cette stratégie Forex est de 256 pips et le risque de perte s'établit à 64 pips.

Le conseilLogo TradingSat

EUR/USD
Négatif à 1.0457 €
Objectif :
1.0201 (256 pips)
Stop :
1.0521 (64 pips)
Résistance(s) :
1.0484 / 1.0758 / 1.0855
Support(s) :
1.0350 / 1.0250

GRAPHIQUE EN DONNEES QUOTIDIENNES

EUR/USD : Le Dollar-refuge fait recette, sur fond d'angoisse des opérateurs de marché (©ProRealTime.com)
©2022 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+316.10 % vs +19.15 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...