Forex > Comprendre le forex > Stratégie Forex > La théorie des vagues d’Elliott
Stratégies experts

La théorie des vagues d’Elliott

Généralités

Dans les années 1930, les recherches d’Elliott ont porté sur la décomposition des mouvements des cours en une combinaison très structurée de vagues. Son travail s’appuie sur deux paramètres acquis :

  • Les actions sont toujours suivies de réactions,
  • Les mêmes causes produisent les mêmes effets.
La théorie des vagues d’Elliott de Prechter est l’ouvrage de référence sur le sujet au sein de la communauté des analystes techniques.

L’analyste technique utilise les vagues d’Elliott dans un troisième temps, après l’analyse chartiste et les indicateurs mathématiques. C’est la conjonction de ces trois approches qui permet d’optimiser votre prise de position sur le marché des changes.

L’objectif de cette ultime étape est d’anticiper la structure que va dessiner le mouvement futur des cours de la parité de devises concernée, c'est-à-dire de quelle manière les prix vont tendre vers un objectif de cours.

Deux types de vagues cohabitent, les impulsions et les corrections. Le mouvement global se compose de 8 vagues, 5 en impulsion (1 à 5 sur le schéma ci-dessous) et 3 en correction (a, b et c sur le schéma). Il s’agit d’un phénomène perpétuel.

L’approche fractale est un des facteurs clefs sur le marché des changes, les vagues d’horizons de temps différents sont imbriquées les unes dans les autres. Le décompte des vagues débute avec la temporalité la plus large car il éclaire le décompte des horizons de temps inférieur.


Les vagues d’impulsion et de correction

Les vagues d’impulsion se décomposent en cinq temps. Les vagues 1,3 et 5 sont des vagues d’impulsion qui correspondent à des séquences bien spécifiques du marché haussier.

  • La vague 1 voit les premiers acheteurs se positionner, les précurseurs. Dans cette première phase, le consensus n’est pas encore majoritairement haussier.
  • La vague 2 vient ensuite corriger la vague 1, c’est une vague essentiellement contrarienne.
  • La vague 3 est la plus importante des vagues d’impulsion, elle est souvent la plus ample, jamais la plus courte dans tous les cas de figure. Elle représente le coeur du marché haussier, les suiveurs ouvrent des positions acheteuses, la part du consensus haussier augmente significativement.
  • La vague 4 corrige la vague 3 dans une phase de prises de bénéfices.
  • La vague 5 est l’ultime vague d’impulsion, celle qui voit les retardataires entrer sur le marché. Il s’agit d’une vague d’épuisement dans le sens de la tendance de fond. Elle voit généralement se développer des configurations chartistes de retournement de tendance et des divergences d’indicateurs de momentum.

Suite à la formation de ces 5 vagues, une période de correction en trois temps débute. Le décompte de cette correction est réalisé avec des lettres.

La vague a correspond à des prises de profits. La vague b est une simple reprise technique portée par ceux qui pensent que le marché haussier n’est pas terminé. La vague c les prend immédiatement à contre-pied, c’est la phase de correction la plus ample.


Les règles principales des vagues d’impulsion

Le cycle fractal est le suivant : les 3 vagues d’impulsion se décomposent en 5 temps, les vagues de correction en trois temps.

  • Le point bas de la vague 2 ne peut jamais s’inscrire sous le creux de la vague 1.
  • Le point bas de la vague 4 ne peut jamais casser le sommet de la vague 1.
  • La vague 3 n’est jamais la plus petite des vagues d’impulsion.
  • Le principe d’alternance des vagues de correction : les vagues 2 et 4 ne dévoilent généralement pas la même forme. Si la vague 2 est une vague de correction simple, il est très probable que la 4 ait une structure complexe.
  • La vague 2 de correction va souvent chercher la 2 de la 1. On dit que la 2 « appelle » la 2.
  • De la même façon, la vague 4 vient souvent rebondir sur la 4 de la 3. Il s’agit en tous cas de niveaux de supports à mettre sous surveillance.

Cas particuliers des vagues d’impulsion

Les vagues d’impulsion peuvent être en extension, c'est-à-dire se sous décomposer au-delà de cinq temps. Le sous décompte d’une vague d’impulsion peut aller jusqu’à 13 vagues ; il s’agit généralement de la vague 3, la plus ample des impulsions.

La vague 5 peut être « en invalidation », c'est-à-dire qu’elle ne franchit pas le sommet de la vague 3. Pour anticiper ce scénario, une vague 5 qui se décompose déjà en cinq temps sans avoir dépassé le top de la vague 3 est un très bon signal. La formation d’une configuration en double sommet est alors constatée.

La vague 5 en biseau : cette vague 5 se fait en cinq temps mais ces cinq temps se sous décomposent en trois temps. Dans ce type de structure, le bas de la 4 enfoncera souvent le sommet de la 1 (« overlap »).

Principes généraux des vagues de correction

Il y a deux types de vague de correction régulière, le flat et le zigzag. Seul le flat peut avoir des formes irrégulières.

La vague a se décompose en trois temps, la b en trois temps et la c en cinq temps.

Dans le cas d’un zigzag, la vague a se décompose en cinq temps, la b en trois temps et la c en cinq temps.

Quatre données dominantes peuvent être mises en évidence :

  • Les vagues b se décomposent toujours en trois temps,
  • Les vagues c se divisent toujours en cinq temps,
  • La vague a donne le tempo de la correction, en indiquant s’il s’agit d’un flat ou d’un zigzag,
  • Les vagues a et c ont souvent une amplitude identique (a = c).

Les vagues de correction irrégulières

Seul le flat peut avoir une forme irrégulière. Quelque soit la forme irrégulière, le flat se décomposera toujours en 3/3/5.

Dans ce flat irrégulier (une vague b irrégulière), on constate que la vague b dépasse le sommet de la 1. La vague a se décompose en trois temps, la b en trois temps et la c en cinq temps.

Le flat en running apparaît dans les mouvements directionnels très forts. Il s’agit d’une phase de correction ascendante, il n’y a presque pas de transition entre les vagues 1 et 3.

Le triangle est une vague de correction qui se développe très souvent en vague 4. Il s’agit de l’unique séquence de correction qui se réalise en cinq temps. Les cinq vagues à l’intérieur du triangle sont liées entre elles par des proportions bien définies. On retrouve un ratio très fréquent, le 0.764.

Le flat en X est une structure complexe qui voit le flat au moins se dédoubler. Les deux séquences en a/b/c sont liées entre elles par une vague x qui prolonge la durée globale du flat.

PIB, données préliminaires 1493368200
  • PARIS :
  • GMT :
  • LONDON :
  • NEW-YORK :
  • TOKYO :
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...